Extrait du mois


Rencontre familiale



« Ne t’inquiète pas. Ce n’est que moi.
Cette voix retentit au moment où je refermais la porte de mon logement, me glaçant le sang. Elle semblait surgir tout droit de mon passé. L’espace d’un instant, j’imaginai Sachiko assise dans le salon, attendant mon arrivée, les yeux pétillants, le sourire provocant. L’éclairage tamisé, le son d’une chute coulant sur les rochers, l’odeur de son parfum qui flotte dans l’air…
À contrecœur, ma raison l’emporta et la réalité m’apparut dans toute sa laideur : ma conjointe était morte… Ses cendres reposaient sous un champ de tulipes au Jardin botanique. Par contre, je reconnus l’intonation de celle qui avait parlé et je m’en voulus de l’avoir confondue avec Sachiko. La propriétaire de cette voix onduleuse était infiniment plus jeune, plus entêtée, plus inaccessible.
Je m’approchai avec méfiance et soulevai l’interrupteur au passage. Mon ouïe ne m’avait pas trompé. C’était bien elle : Lara, encore plus jolie, plus grande, plus mature peut-être que dans mon souvenir. Plus déterminée probablement, plus ancrée dans ses convictions. Endoctrinée.
Elle était installée dans mon vieux fauteuil en bambou, une jambe croisée au-dessus de l’autre, une jupe courte dévoilant le bas de ses cuisses. En haut, elle était[…] »

Extrait de
In memoria
Sylvain Copvante
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.